Interview de la créatrice de girl-boss.fr

Pour écouter l’interview de Violaine pour le podcast Legend Ladies, il suffit de choisir une plateforme ci-desous :

DEEZER : Ici

Applepodcast : Ici

Suivez la créatrice du podcast Legend Ladies, Laura Lesueur, en cliquant ici

Interview Chloé Romengas

« Lorsque j’ai créé cette activité, j’ai eu des réflexions d’amis (spoiler alert : ce ne sont plus des amis) me demandant quand est-ce que je retrouvais un “vrai métier” et me faisant culpabiliser »

« J’ai été tout de suite en rupture de stock (du premier livre) alors j’ai refait des tirages. C’était il y a deux ans et demi, et aujourd’hui pas un seul jour ne passe sans qu’il n’y ait de vente, c’est juste incroyable »

À seulement 31 ans, CHLOÉ ROMENGAS est déjà une entrepreneuse à succès. Illustratrice, écrivaine, créatrice de contenus, Chloé aborde de façon pédagogique et qualitative les thèmes de la santé physique et mentale, des maladies invisibles, ainsi que des incidences parfois handicapantes du haut potentiel intellectuel et de l’hypersensibilité (HPI/HPE), dans une société aux attentes normées.

Merci à Chloé d’avoir accepté de répondre à quelques questions, et ainsi de participer à démontrer que sortir du cadre est une bonne chose !

Vous pouvez notamment retrouver Chloé sur « Chloé Invisible«  (18.000 abonné.e.s) et sur « Chloé Rayures«  (10.000 abonné.e.s).

Pouvez-vous présenter votre activité ?

Je suis autrice et dessinatrice, et je me suis spécialisée dans les questions de sensibilisation à la santé physique et mentale ! J’ai ma propre structure d’édition, ce qui me permet de travailler sur mes projets de sensibilisation et de m’occuper de la distribution, la diffusion, la production, tout de A à Z, et j’adore ça 🙂

Note : Sur ce point, il faut effectivement relever que Chloé a courageusement refusé des contrats de maisons d’édition classiques, pour monter la sienne. En effet, les marges pour les autrices et auteurs dans les maisons classiques sont souvent basses.

Comment avez-vous vécu le succès de votre premier livre ?

Je m’attendais pas du tout à cet accueil. A vrai dire, je souhaitais publier ce livre pour concrétiser presque 3 ans de blog sur lequel j’avais publié beaucoup de contenu. J’avais prévu de publier le livre en papier seulement pour pouvoir toucher le travail fourni pendant 3 ans.

Ce n’était pas du tout mon métier à l’époque, et ce livre n’avait pas vocation à me rémunérer. Je voulais en imprimer un nombre précis en fonction des pré-commandes, les envoyer aux lecteurs, mais pas le commercialiser. Et puis la campagne de pré-commandes a explosé, j’en ai fait imprimer un peu plus, les premiers retours ont été très positifs, les gens ont commencé à en parler autour d’eux, je recevais des demandes de personnes qui avaient loupé la campagne mais souhaitaient se le procurer, alors je l’ai mis en vente.

J’ai été tout de suite en rupture de stock, alors j’ai refait des tirages. C’était il y a deux ans et demi, et aujourd’hui pas un seul jour ne passe sans qu’il n’y ait de vente, c’est juste incroyable. Ce livre répondait à un besoin, en fait, mais je ne l’avais pas anticipé. Aujourd’hui je suis très contente de ce succès car c’est ce qui m’a donné la confiance d’en faire mon métier. Mais je me mets beaucoup de pression, car quand un premier livre plaît, on a encore plus peur de décevoir pour celui d’après… qui arrive !


Comment avez-vous décidé de monter votre entreprise ?

Cela s’est fait un peu par hasard, je travaillais en entreprise avant, je faisais de l’analyse stratégique. Et puis j’ai été malade, mon état de santé était devenu incompatible avec la poursuite de mon activité, et j’ai vu dans l’entrepreneuriat le moyen de continuer à être active tout en adaptant mon travail à mes contraintes médicales. J’ai toujours aimé écrire et dessiner, et petit à petit c’est cette activité-là qui s’est imposée en tant que projet entrepreneurial 🙂

Comment votre entourage perçoit-il le fait d’être entrepreneuse ?

Mon entourage familial et amical connaît peu l’entrepreneuriat, et le fait de sortir des chemins tout tracés les a inquiétés au début. Mais je pense que l’inquiétude vient davantage du fait qu’il s’agisse d’un métier créatif et artistique, pas du côté entrepreneurial. Lorsque j’ai créé cette activité, j’ai eu des réflexions d’amis (spoiler alert : ce ne sont plus des amis 😉 ) me demandant quand est-ce que je retrouvais un “vrai métier” et me faisant culpabiliser car “c’est à notre âge qu’on monte dans la hiérarchie”. Maintenant, cela fait quelques années que j’ai mon entreprise créative, mon entourage voit que je m’épanouis et que mon activité fonctionne très bien, donc je n’ai plus ce souci !

Diriez-vous que vous avez plus ou moins de temps qu’en étant salariée et/ou étudiante ?

Beaucoup plus ! Alors certes, la limite vie privée vie professionnelle est parfois difficile à établir car je peux travailler partout et tout le temps, mais je suis beaucoup plus flexible, et surtout j’aime tellement ce que je fais que quand j’arrête de travailler je ne suis pas de mauvaise humeur, je suis enthousiaste et prête à profiter de mes proches, ce qui n’était pas le cas avant, je râlais beaucoup en rentrant du travail, j’étais fatiguée. J’ai peut-être un peu moins de temps en quantité à consacrer à ma vie privée, mais j’en profite beaucoup plus, donc j’ai l’impression d’être beaucoup plus disponible. 

Comment réagissez-vous face aux critiques ?

Je travaille sur la question 😉 J’ai eu beaucoup de mal avec les critiques non constructives au début, surtout sur les réseaux sociaux, mais j’arrive de plus en plus à les mettre de côté. Elles me touchent, mais ne m’empêchent plus d’avancer. Je vois l’évolution au fil des années. Plus mon activité prend de l’âge, puis j’arrive à mettre de la distance avec ces critiques. Peut-être parce que je prends confiance en mon activité avec le temps.

Quelles sont vos perspectives de développement ?

Je souhaite rester une petite structure et garder mon indépendance. J’ai plusieurs projets de livre en cours, et j’aime prendre le temps de les mûrir. Il y en a un pour 2021, et un pour 2022. J’ai un projet de bande dessinée pour 2023, mais il peut changer d’ici là. Aujourd’hui, je suis surtout connue pour travailler sur un sujet en particulier, le haut potentiel intellectuel, et à l’avenir j’aimerais ne plus être étiquetée à ce sujet, j’aimerais être reconnue pour des projets de sensibilisation sur la santé de manière générale.

Un conseil pour celles qui hésitent à se lancer ?


Allez-y ! Aujourd’hui, on a la chance de pouvoir lancer des projets sans prendre trop de risques au début. Beaucoup de projets demandent peu d’investissement si on les lance en ligne au départ, et ça laisse le temps de les faire mûrir, de voir si on est prêt.e, etc. Ca nous laisse le temps de voir venir, de garder notre activité à côté, le temps du lancement du projet, et on peut décider ensuite.

On n’est pas obligé de tout faire très vite. Mon activité a évolué pendant 2 ans avant que je trouve le modèle économique qui m’allait bien, qui m’épanouissait, et qui me permettait de vivre. Avec une autre activité ou des aides au début, on peut prendre le temps de construire notre projet entrepreneurial.

E-formation gratuite « créer son entreprise »

👉 N’oubliez pas de découvrir la formation entièrement gratuite et interactive « CREER SON ENTREPRISE » en cliquant ici : 4 modules interactifs : idée – étude de marché – étude financière – volet juridique ; des quizzs et des articles

👉 si vous n’avez pas reçu votre code d’accès et que vous étiez déjà inscrite au site avant le 28 novembre, envoyez un mail pour recevoir votre code à : contact@girlboss-club.fr

👉 si vous n’êtes pas encore abonnée, vous pouvez toujours vous inscrire en cliquant ici, et vous recevrez vos codes d’accès personnels dans un délai maximum de 48heures. Si vous ne les avez pas reçus après ce délai, envoyez également un mail à contact@girlboss-club.fr

▶ A vous de jouer

💜

Créer c’est aussi accepter ses fiascos

Et c’est pas grave : on avance. Soyez audacieuses, ne croyez pas aux méthodes miracles.

Etre une entrepreneuse, dans ses projets professionnels mais aussi dans sa vie, c’est s’exposer aux échecs, aux coups, aux déceptions.

La distance entre échec et réussite est parfois si courte, que l’échec est d’autant plus difficile à vivre.

Il aurait suffit de rien, c’était parfait en théorie, dans vos songes, et pourtant inexistant ou désastreux en pratique. D’ailleurs, mieux vaut un désastre que le néant. Faites toujours en sorte d’aller au bout des choses, lorsque vous pouvez le faire. Parfois, certaines personnes ne seront pas dans cette mouvance. Elles seront sourdes même si vous criez, et laisseront sur le bas côté de la route des projets professionnels, ou parfois carrément votre personne, par peur de plein de trucs : du projet ou bien de vous, de l’engagement (évidemment), de ce que vous représentez : la vie avec un grand V (ha ha). Cela ne sert à rien de leur en vouloir, ou de nourrir une colère en vous, c’est simplement qu’ils sont sur la départementale (soit par incompétence, soit par choix et par peur : ils se brident), vous êtes sur l’autoroute. Ils mourront sans avoir vécu grand choses. Pas vous.

La nouveauté et l’émotivité dérangent souvent, et pourtant ce sont les clefs du progrès, et ce sont elles qui font avancer la société, la vie. Ne regrettez pas d’être parfois excessive car de l’excès vient la création, les surprises, la vie, le bonheur. Etre entrepreneuse, c’est vivre.

♥ On vous dira que vous avez mille projets et que vous débordez d’une énergie intrigante voir instable. Cette énergie est pourtant indispensable. L’entrepreneuriat se puise aussi dans vos peines, vos incompréhensions et vos échecs. La plupart des échecs disparaissent doucement pour laisser place à du positif, d’autres laissent des cicatrices. Ce sont elles qui feront une grande partie de votre force.

Nous vivons une époque où on vous promet des aboutissements sans faire d’efforts. Or, les projets demandent de l’investissement. N’ayez pas peur de vous donner corps et âme dans ce en quoi vous croyez. Vous pouvez aller vite, mais faites le à 300%. Ce site par exemple, est le troisième que j’ai écrit en 5 ans avant d’arriver à quelque chose d’abouti. Beaucoup disaient « encore un site ? ». Et désormais nous sommes 16.000 abonnées sur la page Instagram en 6 mois seulement :-).

Voyez vos échecs ou vos attentes comme des blessures de guerre. C’est en ayant eu le courage de croire en ses idées, en ses sentiments parfois contradictoires, en ses projets, privés ou professionnels, que le monde de demain se construit.

Rêvez grand et ne vous résignez jamais. Sachez tourner les pages pour en écrire de meilleures, et ne vous découragez pas.

♥ Voilà, je voulais juste le dire, car derrière les posts de certain.e.s qui vendent du rêve sur Instagram en mode « devenez géniaux en 3 jours », il y a la réalité. La réalité est autre : c’est un combat. Entreprendre c’est un chemin de vie, quelques montagnes russes, des peines, des plateaux, et beaucoup de bonheur.

VALLET COACHING

J’ai décidé de me reconvertir dans le coaching professionnel et de créer, ce que j’ai appelé «mon activité sac-à-dos», à savoir mon entreprise d’accompagnement des particuliers en coaching, et ce où que je sois dans le monde !

J’étais plutôt du genre «Working girl» avant l’expatriation donc ma démarche entrepreneuriale à l’étranger n’a surpris personne. 

J’écoute les conseils, les points de vue, les critiques bienveillantes. Le reste ne m’intéresse pas.

DELPHINE VALLET est la fondatrice de VALLET COACHING. Entrepreneuse et maman, Delphine nous présente son activité, qu’elle pratique depuis le monde entier !

Quelle est votre activité ?


Je suis coach professionnelle certifiée, spécialisée en préparation de concours et d’examens, ainsi qu’en coaching de transitions professionnelles. J’ai créé mon entreprise il y a 1 an.


👉 Concrètement, sur le volet «  coaching concour», j’accompagne la personne à murir et à construire son projet (académique ou professionnel) et à s’organiser efficacement pour préparer les épreuves (ou entretiens) dans les meilleures conditions. Il s’agit in fine pour la personne de parvenir à s’exprimer de la manière la plus claire et convaincante possible. Un travail sur la gestion du stress, la confiance en soi, ainsi que sur les leviers d’une prise de parole efficace est souvent proposé. 


👉 Pour les coachings de «  transitions professionnelles », je vais accompagner la personne dans la clarification de ses aspirations et projet professionnel. Puis, selon ses besoins, nous travaillerons sur la mise en place de ce projet : de la reconversion à l’évolution de carrière en passant par l’accompagnement lors d’une nouvelle prise de poste. Il s’agit de clarifier ce que veut faire la personne, comment, dans quel cadre,  etc. C’est un travail sur le sens de sa démarche, de son projet professionnel ainsi que sur sa cohérence avec ses aspirations et ses ressources. 


Comment avez-vous décidé de monter votre entreprise ?

Avec mon conjoint, on était très motivé par l’idée d’aller vivre à l’étranger. Avec son job, c’était possible pour lui d’emmener toute la famille. La seule condition (pour moi) était de pouvoir y travailler. Et comme je me suis dit qu’on est jamais mieux servi que par soi-même, j’ai décidé de me reconvertir dans le coaching professionnel et de créer, ce que j’ai appelé «mon activité sac-à-dos»,à savoir mon entreprise d’accompagnement des particuliers en coaching, et ce où que je sois dans le monde !

Auparavant, j’étais attachée principale d’administration dans la fonction publique d’État ce qui plus concrètement, veut dire que j’étais fonctionnaire. J’ai travaillé sur des postes très variés (juriste, RH, management), dans des ministères à Paris et en préfecture. Je connais donc très bien ce monde des concours et des évolutions de carrière en interne, et la difficulté pour y parvenir en plus de son activité professionnelle quotidienne.

Comment le fait d’être entrepreneuse est-il perçu par votre entourage ?

Très bien ! J’étais plutôt du genre «Working girl» avant l’expatriation donc ma démarche entrepreneuriale à l’étranger n’a surpris personne. 

Diriez-vous que vous avez plus ou moins de temps à consacrer à votre vie privée que lorsque vous étiez salariée ?

Je dirai que c’est différent. La très grande différence c’est la liberté de travailler quand on veut / peut. La différence avec une vie de salariée n’est donc pas nécessairement de travailler moins, mais plutôt, de travailler quand on le décide
Toutefois j’ajouterai que le risque de ce type d’organisation est qu’on peut vite se retrouver à faire des journées double voire triple parce que la flexibilité dans le travail se répercute aussi à la maison, par une grande disponibilité, pour les enfants ou les tâches de la vie quotidienne. Il faut donc une une vrai discipline pour séparer les temps vie pro et vie perso. 

Comment arrivez-vous à vous organiser avec vos enfants ?


Je n’ai pas vraiment de recettes magiques ! Mais chez moi ce qui fonctionne c’est une bonne organisation – et honnêtement je crois que c’est la base chez tout le monde! – c’est le fait de s’y tenir. Pas de « je traîne » (même si je suis fatiguée!) ou de procrastination (parce qu’après tout je n’ai pas de chef! etc etc). 
Avec ça, je trouve que les enfants comprennent très vite qu’il y a les moments où maman travaille et n’est pas dispo, et les temps pour eux ou la maison.

Après je crois aussi que pour une gestion harmonieuse de la vie professionnelle et personnelle, il faut surtout accepter que même s’il n’y a pas de dérogations au planning fixé, il y a des impondérables : comme l’anniversaire de la meilleure copine ou le super event du mois pondu par l’école en dernière minute ! Il y aussi des imprévus ( ahhh… le Covid…). Selon moi, il vaut mieux «lâcher » sur ces temps-là, sans mauvaise conscience ni frustration, pour retrouver ensuite du temps qualitatif et serein de travail.  

Comment réagissez-vous face aux critiques ?

J’écoute les conseils, les points de vue, les critiques bienveillantes. Le reste ne m’intéresse pas.

Quelles sont vos perspectives de développement ?

Une cliente me disait hier : «votre offre est super claire, très spécialisée, mais ce qui est difficile c’est de vous trouver !» Et elle a raison !
Je trouve mes clients via les recommandations de mes clients, mon réseau professionnel et les réseaux sociaux (site internet :  www.valletcoaching.com et Linkedin notamment). 
Je compte davantage sur le bouche à oreilles et sur mon réseau que sur une vraie politique de communication.
Aussi parce que dans mon champ, les recommandations sont essentielles. Toutefois, je suis consciente que ce système à ses limites et je cherche actuellement à développer ma visibilité auprès du public ( via des sites comme girl-boss.fr, des journalistes spécialisés, etc.).

Un mot/conseil pour celles qui hésitent à se lancer ?


Demandez-vous ce qui vous fait hésiter. Si ce sont «les autres»au sens large, faites-vous confiance et allez-y !
Si c’est vous, questionnez-vous sur le sens que ce projet représente pour vous, sur vos ressources, vos freins. Prenez le temps (qui peut être long) de maturer votre projet, de le construire.
Il est clair que c’est chronophage et très «engageant» donc il faut aussi se lancer à un moment où l’on se sent prêt sur tous les aspects de sa vie. 

Gagne un bracelet QUERYNY🙋🏻‍♀️

💛💙 La marque QUERYNY, créateur de bijoux en pierres semi précieuses, offre un bracelet à une des abonnées

🚨 Fin des participations le 5 septembre à midi. Tirage au sort grâce à l’application APPSORTEOS.

👉 Pour Participer :

  • Follow le compte Instagram Girl.BossFrance en cliquant ici et le compte Queryny en cliquant ici.
  • Like les 3 derniers posts des comptes précités.
  • Invite en commentaire 3 de tes amies à participer sur le post du jeu concours en cliquant ici !
  • Valeur du bracelet : 20 euros.
  • Contact pour celles qui souhaiteraient éventuellement se renseigner pour en acheter un : slm.logassi@gmail.com//0699451625
  • Queryny nous raconte l’histoire de ce bracelet : « C’est un bracelet en oeil de tigre avec oeil de faucon, cette pierre permet de garder son sang froid, sa distance et son calme lors de situations peu confortables. Elle favorise la rapidité de réflexion et permet de rendre les actions plus réfléchies. Elle atténue les douleurs, régule les surrénales et soulage en cas de crises d’asthme aiguë »

Résultat T-Shirt BossBabe

Bravo à Jacad06

Elle remporte le T-Shirt offert par la marque SILVER.MANNER, d’une valeur de 32 euros.

Merci à toutes d’avoir participé !

Pour participer au nouveau concours, clique ici.

Pour consulter le site de SILVER.MANNER clique ici.

Résultat Sephora Juillet

Bravo à Isaline !

Elle remporte une carte cadeau d’une valeur de 20 euros chez Sephora 🙂

Merci à toutes d’avoir participé !

Pour participer à notre nouveau concours, clique ici.

Gagne un TShirt BossBabe!🙋🏻‍♀️

💛💙 La marque SILVER.MANNER offre le t-shirt « BOSSBABE » à une des abonnées !

🚨 Fin des participations le 11 août 2020 à midi. Tirage au sort grâce à l’application APPSORTEOS.

👉 Pour Participer :

👋 Comment vendre en ligne ?

Les conditions légales de la vente en ligne

Beaucoup d’entreprises commercialisent leurs produits ou services en ligne. Souvent, le processus de vente en ligne n’est pas exactement conforme à la réglementation en vigueur par manque d’informations. En effet, de nombreuses règles s’appliquent lorsqu’on souhaite vendre en ligne 👩🏻‍💻

Les informations à communiquer obligatoirement à l’acheteur avant l’achat 🙌

Le vendeur doit communiquer à l’acheteur avant qu’il prenne sa décision d’acheter, de manière lisible et compréhensible, les informations suivantes :

  • 👉 Les caractéristiques essentielles du bien ou du service 
  • 👉 Le prix 
  • 👉 La durée du contrat en cas d’engagement sur la durée 
  • 👉 Le délai de livraison
  • 👉Les informations relatives à l’identité du vendeur, l’adresse postale, le téléphone, et le mail
  • 👉L’information qu’en cas de litige, l’acheteur a accès à un dispositif de médiation de la consommation en vue de le résoudre : cette information ne figure que très rarement sur les sites 🤷🏻‍♀️ Vous devez faire figurer le nom et les coordonnées du dispositif de médiation sur votre site internet et dans vos CGV
  • 👉 L’existence ou l’absence du droit de rétractation et ses modalités
  • 👉Les moyens de paiement acceptés (à indiquer au plus tard, au début du processus de commande.

Ces informations doivent toutes être fournies avant la vente.

Le processus de commande à suivre

Lorsque l’utilisateur va commander un bien ou un service en ligne, il doit obligatoirement passer par 3 étapes minimum : visualisation de la commande, possibilité de corriger les erreurs et confirmation de la commande ‼️

Exemple concret :

1. Page de pré-confirmation de commande  🛒

Sur cette page, souvent appelée le « panier », l’acheteur visualise les articles qu’il a choisi.

L’acheteur doit pouvoir à ce stade, corriger ses éventuelles erreurs figurant sur la commande ou revenir en arrière (par exemple : il doit pouvoir modifier son adresse ou supprimer un article). 

Il faut également qu’il puisse voir les moyens de paiement qui sont acceptés.

L’acheteur doit pouvoir consulter vos conditions générales de vente, et les accepter expressément. Ainsi, vous pouvez intégrer une ligne : « je déclare avoir pris connaissance des conditions générales de vente consultables en cliquant ici et les accepter sans réserve ».

Si la case prévue à cet effet n’est pas cochée, la commande ne doit pas pouvoir être validée.

Une fois ces informations vérifiées, l’acheteur doit pouvoir cliquer sur (par exemple) : « Valider ma commande ».

2. Page de renseignement 🖥️

L’acheteur peut ici rentrer ses informations ou s’identifier (nom, prénom, adresse de livraison, etc.). Il peut ensuite cliquer sur « Continuer ».

3. Page de paiement 📲

L’acheteur arrive sur une page sur laquelle il va confirmer définitivement sa commande.

Il doit reconnaitre explicitement son obligation de paiement. Pour cela, le bouton utilisé par le consommateur pour valider sa commande doit comporter, à peine de nullité de la vente, la mention claire et lisible : « commande avec obligation de paiement » ou une formule analogue, dénuée de toute ambiguïté, indiquant que la passation d’une commande oblige à son paiement, par exemple « payer ma commande ». 

4. Page de confirmation de prise en charge de la commande

Une fois que l’acheteur a validé définitivement sa commande, il arrive généralement sur une page de confirmation de commande.

Attention : vous devez envoyer vos conditions générales de vente sur support durable – par exemple en PDF – à votre acheteur. Elles doivent donc figurer en pièce-jointe du mail de confirmation. Vous devez conserver une trace du mail de confirmation de la commande contenant ces CGV. En effet, le fait de laisser les CGV en simple consultation sur votre site n’est pas considéré comme conforme car vous pouvez en modifier à tout moment le contenu.

Les Conditions Générales de vente 🖊️

Les conditions générales de vente posent le cadre juridique des relations avec vos clients. Elles doivent contenir différentes mentions obligatoires, et il est très préférable de se faire accompagner par un avocat pour les rédiger. 

Ci-dessous, et sans que cela soit exhaustif, vous trouverez plusieurs points qui doivent figurer dans vos CGV.

1. Droit de rétractation 🔙

L’acheteur a un droit de rétractation de 14 jours. Ces 14 jours se décomptent soit à partir du lendemain où il entre en possession du bien, soit lorsqu’il accepte l’offre pour une prestation de service.


Ce droit de rétractation peut s’exercer sans motifs et sans paiement de pénalités. La seule chose que peut devoir payer l’acheteur en cas de retour, ce sont les frais de retour. Attention, si vos conditions générales de vente ne prévoient pas que les frais de retour sont à la charge de l’acheteur, c’est au vendeur de les payer.

Les conditions du droit de rétractation (notamment le délai, le point de départ des 14 jours, le remboursement du produit), doivent être précisées dans vos conditions générales de vente, consultables avant l’achat. 


Vous devez également mettre à la disposition de l’acheteur un formulaire de rétractation. Cela signifie que vous devez fournir un document pré-rempli permettant de se rétracter de son achat, sur votre site internet.

Si l’acheteur se rétracte, vous avez 14 jours pour le rembourser intégralement.

Il existe des cas particuliers. Ainsi, certains produits ou prestations de services ne sont pas soumis au droit de rétractation et ne peuvent pas être remboursés. Ce sont les suivants :

👉Bien confectionné spécialement pour le consommateur (du sur-mesure par exemple)

👉 Produit ne pouvant être par nature réexpédié

👉Produit périssable (alimentaire par exemple).

👉Cassettes vidéo, CD, DVD s’ils ont été ouverts par le consommateur

👉Presse

👉Prestations de services d’hébergement, transport, restauration ou loisirs.

Autre cas particulier : si vous vendez une prestation de service qui s’exécute avant la fin du délai de rétractation de 14 jours. 

Dans ce cas, vous devez obtenir l’accord du consommateur, sur support durable (que vous conserverez), de réaliser la prestation avant la fin du délai de rétractation. Si le consommateur se rétracte finalement, il devra payé uniquement le montant duservice fourni jusqu’à la communication de sa décision de se rétracter.

2. La protection des données personnelles 🔴

Un site de vente en ligne qui collecte des informations nominatives de façon régulière (par exemple : nom, courriel) doit constituer des registres de traitements des données, respectant les obligations en matière de protection des données personnelles. Un article traitera bientôt de ce sujet plus en détails.

Dans vos conditions générales de vente, vous devez faire figurer l’identité du responsable du ou des fichiers, le but du traitement des données, le caractère obligatoire ou facultatif des réponses, les droits d’accès, de rectification, d’interrogation et d’opposition, les éventuelles transmissions des données à des tiers (onéreuses ou gratuites), la durée de conservation des données.

Sachez que, même lorsque vous collectez de façon occasionnelle des données, si elles ont un caractère sensible ou si elles sont susceptibles de comporter un risque pour les droits et libertés des personnes, alors vous devez tenir un registre de l’ensemble des traitements.

3. Les mentions obligatoires plus classiques 🔴

Naturellement, vos conditions générales de vente doivent contenir :

👉 votre identification avec vos mentions légales

👉 les modalités de commande en ligne (description du processus)

👉les modalités de livraison

👉 les modalités de paiement

👉 la possibilité de saisir un médiateur en cas de confit, et les modalités de saisine

X
%d blogueurs aiment cette page :